Passer au contenu

Catégories

La Photographe Verte Articles

Un lézard vert presque fluorescent

lézard vert (Lacerta bilineata bilineata) photographié le 8 mai 2022 à la réserve naturelle de Laconnex, dans le canton de Genève, en Suisse
lézard vert mâle (Lacerta bilineata bilineata)

La gorge du lézard vert (Lacerta bilineata bilineata) mâle se pare, à la saison des amours, d’un beau bleu, variant du bleu turquoise au bleu électrique.

Comme le lézard des murailles, les lézards verts, durant cette période, se bagarrent et se poursuivent bruyamment. Le vainqueur pourchasse le perdant sur plusieurs dizaines de mètres. Ensuite, il aborde la femelle, en commençant par la mordre à la base de la queue, puis le flanc. Il la maintient avec ses pattes postérieures.

Selon l’environnement où a eu lieu la ponte et selon la météo, l’incubation des oeufs varient entre 50 à 100 jours.

Les jeunes. à la naissance, mesurent entre 3,5 à 4 cm. Les adultes varient entre 25 et 32 cm. certains, exceptionnellement, peuvent atteindre 42 cm !

Les meilleurs endroits pour observer les lézards verts dans le canton de Genève sont la réserve naturelle de Laconnex, la réserve naturelle du Moulin-de-Vert et le long de l’Allondon.

Laisser un Commentaire

Un lézard des muraille fier de son beau torse orange

photographie animalière: lézard des murailles photographié le 8 mai à la réserve naturelle de Laconnex, dans le canton de Genève, en Suisse
lézard des murailles ((Podarcis muralis)

Ce lézard des murailles (Podarcis muralis) ne semble pas peu fier de son beau torse orange.

Les lézards, tout comme les serpents, sont des animaux à sang froid.

Le lézard des murailles a une préférence pour une température corporelle avoisinant les 33 degrés. À une température inférieure, il ira « lézarder » au soleil. Cependant, lors de fortes chaleur dépassant les 33 degrés au sol, il cherchera un emplacement plus frais.

Quelques semaines après l’hivernage, vers fin avril – début mai, commence la période des accouplements. Des courses folles ont lieux entre mâles rivaux, ainsi que de violentes querelles.

Les lézards des murailles sont considérés comme adultes à l’âge de 2 ans environ. Ils ont une espérance de vie entre 4 à 6 ans. Certains peuvent vivre jusqu’à 10 ans.

Laisser un Commentaire

Le pouillot siffleur, un monogame, pas très monogame !

photo ornithologique : pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix) photographié le 4 mai 2022 dans le bois de Pfyn-Finges, canton du Valais, Suisse
pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix)

Le pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix) est classé dans les oiseaux monogames. En fait, il est monogame seulement une saison ou parfois même seulement le temps d’une couvaison,

Environ 3o% à 60% des mâles, après l’incubation, n’hésite pas à quitter leur première compagne pour aller séduire une autre partenaire dans un territoire plus petit.

J’ai croisé celui-ci dans les bois du parc naturel de Pfyn-Finges, première vue, il était seul. Peut-être cherchait-il à convoler.

Pendant, plus de 20 minutes, j’ai pu l’admirer faire son spectacle. Il se mettait sur une branche, chantait de tout son être, si bien qu’à la strophe finale tout son corps était parcouru d’un mouvement. Puis, il partait un peu plus loin et recommençait son concerto.

Laisser un Commentaire

Face à face avec un jeune renard

photographie animalière: portrait d'un jeune renard roux (vulpes vulpes) au milieu des fleurs photographiée le 2 mai à Russin, dans le canton de Genève, Suisse
jeune renard roux (vulpes vulpes)

Ce matin, j’ai entraperçu une tache sombre se déplacer dans les hautes herbes. C’était un renard roux. Son dos dépassait à peine.

J’étais à la lisière du champ, il y avait des arbustes à ma gauche. Je me suis baissée pour mieux l’observer sans le déranger.

Il était relativement loin, je l’ai vu tenter de muloter. Le bond n’était pas encore assez haut, ni assez précis.

Il se dirigeait du côté des bois, quand il a dévié son chemin…. et il est venu dans ma direction.

Une émotion intense m’a saisie. La joie de le voir se rapprocher mêlée avec la crainte qu’il m’aperçoive et s’enfuit. Il est venu à une vingtaine de mètre de moi. Après qu’il m’ait vu, il a simplement repris son chemin initial et a disparu dans les fourrés. Il n’a pas manifesté de peur.

Ce sont des moments qui restent gravés longtemps. en soi.

Son pelage est mouillé dû à la rosée du matin.

Laisser un Commentaire

Tarier pâtre mâle en plumage nuptial

photo ornithologique: tarier pâtre mâle (Saxicola rubicola) photographié le 31 avril dans la réserve de la Foretaille à Collex , dans le canton de Genève, en Suisse
tarier pâtre mâle (Saxicola rubicola)

Le tarier pâtre mâle (Saxiola rubicola) en plumage nuptial est facilement reconnaissable avec sa tête noire, sa poitrine orange, son ventre et son demi-collier blanc. Après la saison des amours, les couleurs ternissent.

Le tarier pâtre est monogame. Chaque année, il forme ou reforme un couple. La plupart des tariers pâtres sont sédentaires. Cependant, s’il fait trop froid, ils vont dans des contrées plus clémentes. Dans ce cas, les couples sont séparés, et ils ne se retrouvent qu’au printemps sur leurs terres natales.

Le mâle a plusieurs flèches à son arc pour séduire sa dulcinée.

Une des méthodes que je trouve la plus charmante est celle qui consiste à effectuer un vol sur place en dessus de sa promise en chantant.

Il peut aussi, au sol, simplement s’approcher d’elle en paradant.

Laisser un Commentaire

Saisons des amours, une grenouille bondit sur sa partenaire

photographie animalière: une grenouille bondit sur sa partenaire, photo prise à Collex, le 30 avril 2022, dans le canton de Genève, en Suisse
grenouille qui bondit

Samedi 30 avril, les parades nuptiales battaient leur plein. Les grenouilles coassaient à plein poumon. Leur chant peut atteindre les 90 décibels. Il y avait un coucou dans les parages, Je peinais à l’entendre.

Là, j’ai réussi à les photographier, juste avant la scène « hot ». Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ne s’embarrassent pas avec les préliminaires.

L’année passée, la photo était beaucoup plus romantique, c’était une photo de mariage.

Si on suit une grenouille en particulier, on peut savoir assez facilement quand elle va s’approcher et se jeter sur sa compagne, car peu avant, le son monte crescendo, et une fois à son apogée, l’action a lieu. Ce n’est pas systématiquement des bonds aussi spectaculaires.

Laisser un Commentaire

La coupe Mohican du harle piette

photo ornithologique: harle piette mâle photographié le 24 avril dans son coin de prédilection dans le canton de Genève, Suisse
harle piette mâle (Mergellus albellus)

Le harle piette mâle (Mergellus albellus) qui est venu en villégiature l’année passée est de retour.

Depuis 2018, il revient chaque année à la même période et séjourne dans la même région. Il planifie son séjour dans le canton de Genève pour une arrivée vers fin mars, début avril puis repart vers début mai, sauf la première année où il était arrivé fin avril et était reparti fin mai.

L’année passée, je n’avais pas prêté attention à sa superbe coupe Mohican, Elle lui donne un petit air rebelle.

Le harle piette est un canard plongeur. Il s’immerge totalement et peut rester sous l’eau jusqu’à 45 secondes. C’est un canard qui se reproduit dans le nord, en Russie et en Scandinavie. Là-bas, il lui arrive de plonger sous la glace.

Laisser un Commentaire

Le couple de martin-pêcheur le plus célèbre de Suisse romande

photo ornithologique: couple de martin-pêcheurs (Alcedo atthis) photographiés le 17 avril 2022 au centre-nature Birdlife de La Sauge dans le Canton de Vaud à la frontière du Canton de Fribourg en Suisse
couple de martin-pêcheur (Alcedo atthis)

Ce couple de martin-pêcheurs (Alcedo atthis) est certainement le plus célèbre de Suisse romande.

Ils vivent au Centre-Nature Birdlife de la Sauge. Pour tous les amateurs photographes ornithologiques, c’est L’Endroit où aller. Avec un peu de patience, 20 minutes à 1h, le rêve de voir un de ces magnifiques oiseaux bleu et orange devrait se réaliser.

Actuellement, ils attendent un heureux évènement. Il était donc difficile d’avoir la chance de les observer en même temps.

En principe, l’un ou l’autre couvait. Mâle et femelle se relayant pendant les 20 jours de couvaison.

Dans la cas présent, peut-être l’un est resté trop longtemps à l’extérieur et l’autre est venu le chercher en le houspillant. Leur présence simultanée n’a durée qu’une seconde. Juste le temps de faire deux photos.

On peut se rendre depuis Ins (Anet) ou Avenches en car postal au Centre-Nature Birdlife de la Sauge avec le bus no 535. Fréquence environ toutes les 2heures seulement.

Laisser un Commentaire

Un couple de cigognes fait son nid dans le canton de Genève !

photographie ornithologique: accouplement d'un couple de cigognes blanches (ciconia ciconia) photographié le 15 avril 2022 au marais de Sionnet dans le canton de Genève, en Suisse
accouplement de cigognes blanches (ciconia ciconia)

Ce matin, un couple de cigognes blanches (ciconia ciconia) a commencé à construire leur nid dans la campagne genevoise.

Elles se sont également attelées à faire le nécessaire pour assurer leur descendance.

En une heure, elles se sont accouplées trois fois. L’acte varie de de 3-4 secondes à 15 secondes selon mes observation de ce jour.

Selon les ornithologues présents, il n’est pas certain que le nid soit pérenne, car il est situé sur un saule qui vient d’être taillé. Un saule pleureur peut pousser de 1 à 2 mètres par an. Le nid risque de devenir bancal.

Laisser un Commentaire

Les jolies pattes rouges du chevalier gambette

photo ornithologique: chevalier gambette (Tringa totanus) photographié le 10 avril 2022 à l'Ile aux Oiseaux à Prévernges, canton de Vaud, Suisse
chevalier gambette en plumage nuptial (Tringa totanus)

Le chevalier gambette (Tringa totanus), mis à part le chevalier Arlequin (Trainga erytrophus) est le seul chevalier avec cette couleur de pattes caractéristique.

Le chevalier gambette est de nature monogame. Il revient avec sa compagne sur le même site de nidification chaque année.

Le couple construit le nid en commun. Chacun ayant une tâche spécifique. Le mâle creusera une dépression peu profonde dans le sol près ou sous la végétation qui servira de base. La femelle, quand à elle, se chargera de le rendre douillet en y ajoutant des feuilles et des brindilles.

Le mâle et la femelle se relayent lors de la couvée, ainsi qu’une fois que les petits sont nés. Cependant la mère partira la première. Le père restera un mois avec les jeunes. Vingt-quatre heures après la naissance, ils sont déjà aptes à se nourrir par eux-mêmes.

Laisser un Commentaire