Passer au contenu

Catégories

Catégorie : Automne

Une mésange charbonnière fait ses tractions au milieu des kakis

photo ornithologique: mésange charbonnière au milieu des kakis photographiée le 9 décembre au Jardin botanique de Genève
Mésange charbonnière au milieu des kakis

Le plaqueminier du Jardin botanique de Genève est à son apogée, À cette saison, c’est le lieu de prédilection des oiseaux du jardin . On y voit des mésanges charbonnières en plein exercice physique. Avoir le privilège de savourer de la chair juteuse de kakis se mérite.

D’autres passereaux participent au festin. Mésanges bleues, mésanges à longues queues, moineaux domestiques. Les merles et les étourneaux sansonnets sont également de la partie.. Et parfois en guest star: le pic mar.

En 2019, la saison avait déjà commencé en novembre. L’hiver suivant, cela a vraiment commencé fin décembre – début janvier.

Laisser un Commentaire

L’écureuil qui avait les yeux plus grands que le ventre

photographie animalière: écureuil roux qui mange une pomme sauvage photographié le 13.11.2021 au jardin botanique de Genève, Suisse
écureuil roux qui mange une pomme sauvage

Transporter cette pomme sauvage (malus silvestris) n’était pas une mince affaire pour cet écureuil roux.

Là, il la tient du bout des dents. À d’autres moments, il avait sa mâchoire grande ouverte. Il essayait de l’emmener dans les hauteurs.

Puis il a été dérangé et il a pris la poudre d’escampette. Je ne sais pas ce qu’il est advenu de son précieux butin. La pomme est certainement tombée.

J’ai attendu un moment afin de voir s’il revenait s’en occupée. Cela n’a pas été le cas.

En automne, il est facile d’apercevoir des écureuils au jardin botanique de Genève. Ils sont à la recherche de la nourriture qu’ils ont caché durant la belle saison.

Laisser un Commentaire

Jeune chamois et sa maman

Photographie animalière: chamois femelle avec son éterlou photographiés à 880 mètres d'altitude le 6 novembre 2021 dans le canton de Vaud, Suisse
chamois femelle et son éterlou (rupicarpa rupicarpa)

Première vue, il s’agit d’une femelle et d’un jeune dans sa deuxième année.

On différencie le mâle de la femelle par les cornes, la stature et le cou. Le bouc est plus robuste, un cou plus massif et des cornes plus épaisses et plus recourbées. La chèvre est plus fine et gracieuse.

Le petit mâle se nomme un éterlou et la jeune chamois une éterle.

La période du rut commence fin octobre et va jusqu’à décembre.

Il y avait une groupe de 6 adultes et 2 petits. Les mâles ne devaient pas être présents. Nous n’avons vu aucun combat.

Laisser un Commentaire

Quatre minutes magiques avec une buse variable

photo ornithologique: buse variable photographiée le 28 octobre au lac des Vernes à Meyrin dans le canton de Genève en Suisse
buse variable (buteo buteo)

Incroyable ! Nous avons eu l’occasion de photographier cette buse variable (buteo buteo) durant plus de 4 minutes. C’est quelque chose de tout à fait exceptionnel .

Habituellement les buses sont très farouches.

On peut facilement les observer le long des autoroutes. L’autre jour entre Avenches et Genève, nous en avons comptées plus d’une dizaine.

Par contre, pouvoir les approcher lorsque nous sommes à pied est rare.

Celle-ci venait de se faire courser par des corneilles. Les corneilles sont très territoriales et n’hésitent pas, en groupe, à s’attaquer à des rapaces, plus puissants qu’elles.

Autant de profil, je trouve la buse impressionnante avec son bec arqué, autant de face, je lui trouve un air doux .

Laisser un Commentaire

Le martin-pêcheur d’Europe

photographie ornithologique: martin-pêcheur d'Europe - alcedo atthis - kingfisher - photographié le 27 octobre vers 13h30 aux Teppes de Verbois, canton de Genève, Suisse
martin-pêcheur d’Europe (alcedo atthis)

J’ai juste eu le temps de faire trois photos de ce martin-pêcheur d’Europe (alcedo atthis). Sur la troisième, il est déjà en train de s’envoler.

Un peu plus tard, un autre martin a posé un peu sur une branche avoisinante et a pris la pose longuement. Il était certainement plus jeune et moins aguerri. Son plumage tirait plus sur le vert.

La famille des martins-pêcheurs est vaste. Il a y le martin-pêcheur d’Amérique qui est blanc et gris-bleu avec une huppe. Le martin-pêcheur géant d’Australie qui peut atteindre 45 centimètres et peser jusqu’à 1/2 kilo !

Il en existe même un rose qui est absolument magnifique. C’est un martin-pêcheur nain qui vit au Philippines et qui, après plus de 130 ans sans avoir été observé, a pu être photographié par Miguel David de Leon.

1 Commentaire

Les hérons n’ont plus peur de rien… ou presque

photo ornithologique: héron cendré (ardea cinerea) prenant son envol photograhié le 10 octobre 2021 au marais de Sionnet
Héron cendré (ardea cinerea)

Il y a deux ans, j’avais fait un autre article sur un héron cendré. C’était une des première fois que je pouvais m’approcher autant d’un héron.

Depuis, j’ai rencontré de nombreux hérons peu farouches.

Ils semblent avoir modifié leur comportement. Il y a dix ans, selon mes observations la distance de fuite était beaucoup plus grande.

Celui-ci s’est envolé, non pas à cause de nous, mais à l’arrivée d’un chien.

Laisser un Commentaire

La saison des étourneaux

photographie ornithologique: étourneau sansonnet photographié le 16 octobre 2021 près de la Perle du Lac dans le canton de Genève en Suisse
étourneau sansonnet (sturnus vulgaris)

Chaque automne sonne le grand retour des étourneaux sansonnets (sturnus vulgaris). Parfois, on passe à côté d’un arbre et il semble vivant tellement il foisonne de bruit, mais on ne perçoit aucun oiseau. Ce sont parfois dizains, parfois des centaines ou même plus d’étourneaux qui y sont cachés.

Un matin, j’ai eu la chance de les voir s’envoler tous en même temps d’un platane, cela a été un émerveillement.

Les nuées d’étourneaux peuvent être constitués de milliers d’individus. À Genève, les observations peuvent aller jusqu’à 5000. Dans Wikipédia, ils parlent même de groupe allant jusqu’à un million !

Lors de la période de reproduction, leur bec devient jaune.

Laisser un Commentaire

Ouettes d’Egypte en famille

photo ornithologique: ouettes d'égypte (alopochen aegyptiaca) en famille photographié le 1er octobre 2021 à l'embouchure de la Thielle à Yverdon -les-Bains, canton de Vaud, en Suisse
Ouettes d’Egypte – un juvénile et son parent

On peut de plus en plus souvent observer des Ouettes d’Egypte (alopochen aegyptiaca) en Suisse. Ce n’est pas un oiseau migrateur. Son habit d’origine est le Sud du Sahara. Celles que nous pouvons observer en Europe sont des descendantes d’oiseaux importés comme oiseau d’ornements. Depuis 2017, elles sont considéré comme une espèce exotique envahissante.

À Genève, j’en ai vu quelques fois d’assez loin.

L’Ouette d’Egypte qui figure en premier plan est un juvénile. L’autre parent n’était pas loin. Les adultes ont une tache brun-chocolat autour de l’oeil. Le mâle est un peu plus grand que la femelle.

Cette famille vit à Yverdon-les-Bains vers l’embouchure de la Thielle. Il y avait beaucoup d’autres Ouettes à l’escale limicoles située dans la plaine de l’Orbe,

Laisser un Commentaire

Les bécasseaux variables sont en avance

photo ornithologique: bécasseau variable (Calidris alpina) photographié le 29 septembre 2021 sur les berges du lac Léman dans le canton de Genève en Suisse
bécasseau variable (Calidris alpina)

Cette année, les bécasseaux variables sont arrivés en force et en avance.

Je photographiais le grand gravelot quand j’ai vu un peu plus loin un groupe de bécasseaux variables. Ils étaient six. Un peu plus tard, deux autres les ont rejoint.

Première fois que j’en vois autant. Habituellement j’en vois au maximum deux ensemble. En 2019, c’était le 13 octobre et en 2020 le 11 octobre.

Un des bécasseaux et le gravelot ont mangé côte à côte.

Le dessin du plumage des bécasseaux est magnifique.

Laisser un Commentaire

Portrait d’un grand gravelot

photo ornithologique: grand gravelot (Charadrius hiaticula) photographié le 29 septembre 2021 sur les berges du lac Léman dans le canton de Genève en Suisse
grand gravelot (Charadrius hiaticula)

J’ai passé plus de 30 minutes en compagnie de ce grand gravelot.

Il tolère la présence humaine. Je l’ai photographié au 400 mm et n’ai pas recadré la photo.

Je me demande si c’est le même grand gravelot que j’ai vu l’année passée. Cependant, je ne crois pas, celui-ci semble plus jeune.

Pendant 15 minutes environ, il était seul sur les berges, puis des bécaseaux variables l’ont rejoint.

Laisser un Commentaire