Passer au contenu

Catégories

Catégorie : Bord du lac

La rousserolle effarvatte

photo ornithologique: rousserolle effarvatte photographiée le 23 mai 2021 au Lac des Vernes
rousserolle effarvatte (acrocephalus sciparceus)

C’est ma première photo de rousserolle effarvatte genevoise !

J’ai eu l’occasion d’en photographier dans le canton de Vaud à la réserve naturelle des Grangettes et à celle de Creux de Terre.

Celle-ci a été photographiée au Lac des Vernes à Meyrin.

La rousserolle effarvate (acrocephalus scirpaceus) se faufile discrètement entre les roseaux. Mais parfois, comme au jeu du mikado, elle en fait bouger un et c’est ainsi que l’on peut la repérer, Les roseaux lui servent également de perchoir.

Son chant est assez spécifique, il est rauque et guère mélodieux.

Laisser un Commentaire

Sarcelle d’hiver mâle en plumage nuptial

photo ornithologique: sarcelle d'hiver mâle en plumage nuptial (anas crecca) photographié le 28.03.2021 à la réserve des Gangettes à Villeneuve dans le canton de Vaud en Suisse
sarcelle d’hiver en plumage nuptial (anas crecca)

Vous pouvez jouer au jeu des 7 différences entre la sarcelle d’été mâle (anas crecca) et la sarcelle d’été (anas querquedula) publiée le 20.03.21.

J’ai photographié cette sarcelle d’hiver à la réserve des Grangettes. On peut également l’observer à Genève, entre autre au Marais de Sionnet. Cependant elles sont souvent assez éloignées des berges.

C’est le plus petit des canards de surface.

Son plumage est magnifique, le vert émeraude de sa tête est rehaussé d’un fin liseré clair qui lui confère un petit air de Sioux.

Laisser un Commentaire

La punk attitude sévit même sur nos lacs

photo ornithologique: sarcelle d'été mâe (anas querquedula) photographié le 20 mars sur la lac des Vernes, à Meyrin, canton de Genève, Suisse
sarcelle d’été mâle (spatula querquedula), plumage nuptial

Cette sarcelle d’été mâle (spatula querqdula) a revêtu son plumage nuptial se qui lui confère grâce et élégance avec une petite touche de punk attitude.

C’est la première année que j’en vois. C’est une visiteuse d’été. Elle arrive dans nos contrées au début des beaux jours et repart en septembre en Afrique,

C’est le plus grand migrateur des canards de surface.

Les poussins sont précoces, à peine quelques heures après leurs éclosions, ils explorent déjà leur environnement.

Laisser un Commentaire

La mèche rebelle du fuligule morillon

photographie ornithologique: fuligule morillon surle lac Léman photographié le 6 décembre 2020 au port de Choiseul près de Versoix, canton de Genève, Suisse
fuligule morillon mâle

Les fuligules morillons sont de retour ! C’est un vrai plaisir de les voir sur nos rives. Les premiers arrivent déjà vers octobre. Le gros de la troupe arrive en novembre et décembre.

Leurs caractéristiques que j’affectionne particulièrement sont leurs yeux jaunes et leur fine huppe tombante qui leur donne un petit air rebelle.. Celle de mon modèle est petite. Peut-être l’a-t-il gominée pour se donner un air sage.

La femelle est complètement brune.

Le fuligule morillon est un canard plongeur. Et pas des moindres. En effet, il peut atteindre plusieurs mètres de profondeur, puis il remonte à la surface tel un bouchon.

Laisser un Commentaire

Un grèbe à cou noir solitaire

photo ornithologique: grèbe à cou noir photographié le 14 novembre 2020 près du parc de l'OMC dans le canton de Genève, Suisse
grèbe à cou noir (podiceps nigricollis)

Le grèbe à cou noir est en principe sociable et niche en colonie. Ces dernières peuvent atteindre une centaine de couples.

Ce grèbe à cou noir (podiceps nigricollis) avait un comportement particulier. Il n’avait pas peur de s’approcher des rives et il n’y avait aucun de ses congénères dans les environs. Près de lui, il y avait juste un foulque qui était également solitaire.

Leur plumage internuptial est assez terne, seul leurs yeux rouges ressortent. À la saison des amours, leurs flancs se teintent de roux. Près de yeux de grandes plumes dorées se déploient. en éventail.

Laisser un Commentaire

Bruant des roseaux femelle

photographie ornithologique: bruant des roseaux femelle photographié le 5 décembre 2020 au lac des Vernes, Meyrin, canton de Genève, Suisse
bruant des roseaux femelle (emberiza schoeniclus)

Les roselières sont des milieux très intéressants où l’on trouve une grande variété d’oiseaux.

J’ai photographié ce bruant des roseaux femelle (emberiza scheoniclus) au lac des Vernes à Meyrin dans le canton de Genève.

Je recommande vivement cet endroit, Il y a une grande biodiversité. On peut y observer, selon la saison, quelques raretés comme le héron pourpré, des, bécassines des marais, des râles d’eau, des canards chipeaux et également des souchets.

Chez les bruants des roseaux, il y a un assez grand dismorphisme sexuel. Le mâle a l a tête chiné brun, gris et noir. À la saison des amours, sa tête devient noir intense et se pare d’une moustache blanche.

Laisser un Commentaire

Le plumage chatoyant du fuligule milouin

photo ornithologique: canard milouin mâle photographié le 13 décembre 2020 sur la Lac Léman, rive des Eaux-Vives, canton de Genève, Suisse
fuligule milouin mâle (aythya ferina)

Sous le soleil, le plumage nuptial du fuligule milouin mâle (aythya feringa) est chatoyant. À la saison des amours, il émet un cri de parade. Pour se faire, il prend une grande inspiration, puis émet un long sifflement donnant l’impression qu’il se dégonfle telle une baudruche.

Les fuligules milouins prennent leurs quartiers d’hiver sur le lac Léman et en Europe par bande à proximité des fuligules morillons sans pourtant se mélanger.

C’est un canard qui se nourrit principalement de lentilles d’eau et de graines. Lorsqu’il plonge, il saisit des mollusques ou des larves. Il plonge également pour fuir le danger, car, pour lui, prendre son envol n’est guère aisé, il doit d’abord prendre son élan en courant à la surface de l’eau tout en battant vivement ses ailes à la manières des cygnes.

Laisser un Commentaire

L’escale genevoise du grand gravelot

photo ornithologique: grand gravelot sur le sable de la Nouvelle Plage des Eaux-Vives, canton de Genève, Suisse
grand gravelot (Charadrius hiaticula)

Peu de grands gravelots font escales à Genève.

Leur présence est suivie depuis plus d’une quarantaine d’année, seuls quelques individus s’y arrête Les observations se font en générale entre août et octobre. Certaines années aucune observation n’a été relatée.

Cette année, il y en a deux à la Nouvelle Plage des Eaux-Vives en compagnie d’un bécasseau variable. .

Lors de la parade nuptiale, les grands gravelots arborent une barre frontale noire et le bec se pare d’orange. Le dessin spécifique qui en résulte est important lors des faces à faces entre mâles, chacun mettant le sien en évidence.

Laisser un Commentaire

Les bécasseaux variables sont de retour

photo ornithologique: bécasseau variable marchant sur le sable de la Nouvelle Plage des Eaux-Vives le 11 ocotbre 2020
bécasseau variable (calidris alpina)

L’année passée à la même période, j’avais vu deux bécasseaux variables le long du Quai Wilson.

Cette année, j’ai observé longuement celui-ci à la Nouvelle Plage des Eaux-Vives. Il était en compagnie de deux grands gravelots.

Il y a également deux bécasseaux qui préfèrent se cacher dans la roselière.

Le mois d’octobre est une bonne période pour voir les limicoles. Récemment un vanneau huppé a été vu volant en dessus de la jetée des Pâquis.

Laisser un Commentaire

Le pouillot véloce, un parent très protecteur

Le pouillot véloce a un comportement très territorial à la saison des amours. Les autres espèces d’oiseaux n’ont pas intérêts à s’approcher à moins de 20 mètres.

Le pouillot véloce fait preuve d’une grande bravoure pour protéger sa progéniture en puissance. Il n’hésite pas à contrer le geai des chênes qui chercherait à se saisir des oeufs. Il pousse le courage jusqu’à essayer de faire fuir une hermine !

Il pèse un peu moins de 9 grammes et peut manger jusqu’à environ 3 grammes d’insectes par jour.

2 Commentaires