Passer au contenu

Catégories

Catégorie : Printemps

Une linotte mélodieuse répétant avant la parade

photographie ornithologique: linotte mélodieuse mâle photographiée le 8 juin 2021 au Grand-Saconnex, canton de Genève, Suisse
linotte mélodieuse mâle

Cette linotte mélodieuse mâle (linaria cannabina) a revêtu sa tenue de parade.

Celle-ci devait répéter avant de déclarer sa flamme à sa belle,

Ce mâle s’est laissé tirer le portrait entre 18h50 et 18h55, ne prêtant aucune attention à ma présence tant il était concentré sur ses vocalises.

Lorsque la femelle convoitée est dans les parages, en plus de chanter, perché sur un buisson, il bombe le torse pour exhiber sa parure rouge, agite ses ailes et étale sa queue liseré blanc. Puis il s’approche d’elle. Et conclut…ou pas !

Laisser un Commentaire

Un rossignol philomèle transfrontalier

photographie animalière: rossignol philomèle photographié le 30 mai 2021 à la Feuillée canton de Genève Suisse
rossignol philomèle

Le Rossignol philomèle (luscinia megarhynchos) est difficile à photographier. Il est facilement identifiable par son chant mélodieux. Cependant, il a la fâcheuse habitude de chanter à l’abri des regards.

Celui-ci n’en avait cure et chantait à coeur joie sur son rosier sauvage. Il a même fait quelques allers et venues. Il a dégusté tranquillement une libellule déprimée.

Le jeune mâle apprend à chanter en imitant ses ainés.

J’ai vu ce rossignol dans une réserve naturelle commune avec la France. Lorsque je l’ai photographié, il était du côté français, mais j’aime à imaginer qu’il traverse régulièrement la frontière.

Le rossignol philomèle vient en Suisse pour ces vacances estivales (entre avril et septembre). Dans le canton de Genève, on peut l’observer, entre autre, aux Marais de Sionnet et au Lac des Vernes.

Laisser un Commentaire

L’hypolaïs polyglotte est-il réellement polyglotte ?

photographie ornithologique: hypolais polyglotte photographié le 29 mai 2021 aux Teppes de Verbois
hypolais polyglotte

L’hypolaïs polyglotte (hippolais polyglotta) tient son nom au fait qu’il serait capable d’imiter d’autres oiseaux.

Cependant, les avis divergent sur ce point.

Selon Le guide ornitho de L. Svensson, LA référence pour les ornithologues, il peut imiter la rousserolle verderolle, son cousin l’hypolaïs ictérine et les petites fauvettes.

Alors que Wikipédia nuance et précise que ce ne sont pas réellement des imitations, mais seulement quelques strophes qui ressemblent au chant de la rousserolle effarvatte ou de la fauvette grisette.

Si vous en savez plus, n’hésitez pas à me le faire savoir.

Laisser un Commentaire

La pie-grièche écorcheur femelle

photo ornithologique: pie grièche écorcheur femelle photographiée le 29 mai 2021 aux Teppes de Verbois, Russin, canton de Genève, Suisse
pie-grièche écorcheur femelle (lanius collurio)

Lorsque j’ai photographié cette pie-grièche écorcheur femelle (lanius collurio), je ne savais pas quel oiseau c’était.

Je connaissais le mâle qui porte un masque de Zorro.

La femelle a un plumage plus discret. Le dessus est brun, le dessous est de couleur blanc cassé avec de subtiles dessin d’écailles.

Les pies-grièches font des provisions. Si vous trouvez une sauterelle ou un criquet empalé sur une épine, c’est certainement que vous êtes tombés sur un de leur garde-manger !

Laisser un Commentaire

La rousserolle effarvatte

photo ornithologique: rousserolle effarvatte photographiée le 23 mai 2021 au Lac des Vernes
rousserolle effarvatte (acrocephalus sciparceus)

C’est ma première photo de rousserolle effarvatte genevoise !

J’ai eu l’occasion d’en photographier dans le canton de Vaud à la réserve naturelle des Grangettes et à celle de Creux de Terre.

Celle-ci a été photographiée au Lac des Vernes à Meyrin.

La rousserolle effarvate (acrocephalus scirpaceus) se faufile discrètement entre les roseaux. Mais parfois, comme au jeu du mikado, elle en fait bouger un et c’est ainsi que l’on peut la repérer, Les roseaux lui servent également de perchoir.

Son chant est assez spécifique, il est rauque et guère mélodieux.

Laisser un Commentaire

La libellule à quatre taches

L’identification des libellules n’est pas quelque chose d’aisée.

Bonne nouvelle, la libellule à quatre taches est très facile à reconnaître, c’est la seule libellule qui a quatre taches foncées au milieu du bord antérieur de chaque aile.

On peut estimer l’âge de cette libellule selon la couleur de son abdomen. En effet jeune, l’abdomen est de couleur jaune ambre, puis avec l’âge, il devient brun foncé.

Le mâle et la femelle sont très similaires. Ce qui les distingue c’est l’embout de l’abdomen, la femelle à des cerques parallèles et le mâles des cerques qui se séparent.

L’accouplement a lieu dans les airs et est de courte durée.

Laisser un Commentaire

Scène hot chez les coccinelles

photographie macro: deux coccinelles s'accouplant photographiées le 31 mai 2021
coccinelles

Les coccinelles, comme beaucoup d’insectes, se font rares !

Heureusement certaines se donnent à fond pour assurer leur descendance.

Nous sommes restés plus de 3 minutes à les observer.

À certains moments, il ne se passait pas grand chose, puis durant quelques fractions de secondes, le mâle bougeait de droite à gauche. Puis le calme revenait. Après un moment de repos, le mâle reprenait ses petits mouvements.

Laisser un Commentaire

Deux renardeaux aux yeux bleus

photographe animalière: deux renardeaux de moins de 6 semaines qui ont encore les yeux bleus photographiés le 15 mai dans le canton de Genève, Suisse
renardeaux (vulpes vulpes)

Cette fratrie comporte au moins trois renardeaux (vulpes vulpes). Ces deux s’amusaient et se chamaillaient, alors que le troisième, plus chétif, se tenait en dehors de ces jeux.

Ils étaient encore plein d’insouciance, cependant, parfois une fraction de seconde, dans un regard, on entrevoyait déjà le futur prédateur.

Ils devaient certainement avoir moins de six semaines, car leurs yeux étaient encore bleus.

Adultes, la couleur des yeux des renards peuvent varier du jaune d’ambre au brun en passant par le vert.

Laisser un Commentaire

Escargot des jardins

photo animalière: escargot des jardins photographié le 16 mai 2021 au Grand-Saconnex, canton de Genève, Suisse
escargot des jardins (cepeae hortensis)

Ce week-end, c’était le temps idéal pour ressortir le macro.

Il n’est pas très facile de distinguer l’escargot des jardins de son cousin des bois ou des haies.

Les couleurs peuvent beaucoup variés d’un individu à l’autre.

Ce qui permet de reconnaître l’escargot des jardins (cepeae hortensis) est la couleur de son péristome, la partie qui entoure l’ouverture de la coquille. Celui-ci est clair, contrairement à celui des cepeae sylvatica et des cepeae nemoralis.

Laisser un Commentaire

La huppe aérodynamique de la huppe fasciée

photo ornithologique: huppe fasciée en vol avec nourriture dans le bec photographiée le 9 mai dans le canton de Genève, Suisse
huppe fasciée (upupa epops)

La huppe fasciée (upupa epops) se reconnait aisément par son plumage couleur chamois et ses ailes comportant de larges bandes noires et blanches. Cependant sa singularité est sa superbe huppe érectile beige se finissant par du noir.

Lorsqu’elle vole, la huppe fasciée la rabat afin de ne pas perdre en aérodynamisme.

Juste après l’atterrissage, elle dresse sa huppe, puis la rabaisse presque instantanément.

Un de ses biotopes préférés est la vigne. Elle vient séjourner en Suisse d’avril à septembre, puis retourne dans ses contrés africaines.

Laisser un Commentaire