Passer au contenu

Catégories

Étiquette : octobre 2020

L’escale genevoise du grand gravelot

photo ornithologique: grand gravelot sur le sable de la Nouvelle Plage des Eaux-Vives, canton de Genève, Suisse
grand gravelot (Charadrius hiaticula)

Peu de grands gravelots font escales à Genève.

Leur présence est suivie depuis plus d’une quarantaine d’année, seuls quelques individus s’y arrête Les observations se font en générale entre août et octobre. Certaines années aucune observation n’a été relatée.

Cette année, il y en a deux à la Nouvelle Plage des Eaux-Vives en compagnie d’un bécasseau variable. .

Lors de la parade nuptiale, les grands gravelots arborent une barre frontale noire et le bec se pare d’orange. Le dessin spécifique qui en résulte est important lors des faces à faces entre mâles, chacun mettant le sien en évidence.

Laisser un Commentaire

Les bécasseaux variables sont de retour

photo ornithologique: bécasseau variable marchant sur le sable de la Nouvelle Plage des Eaux-Vives le 11 ocotbre 2020
bécasseau variable (calidris alpina)

L’année passée à la même période, j’avais vu deux bécasseaux variables le long du Quai Wilson.

Cette année, j’ai observé longuement celui-ci à la Nouvelle Plage des Eaux-Vives. Il était en compagnie de deux grands gravelots.

Il y a également deux bécasseaux qui préfèrent se cacher dans la roselière.

Le mois d’octobre est une bonne période pour voir les limicoles. Récemment un vanneau huppé a été vu volant en dessus de la jetée des Pâquis.

Laisser un Commentaire

Le pouillot véloce, un parent très protecteur

Le pouillot véloce a un comportement très territorial à la saison des amours. Les autres espèces d’oiseaux n’ont pas intérêts à s’approcher à moins de 20 mètres.

Le pouillot véloce fait preuve d’une grande bravoure pour protéger sa progéniture en puissance. Il n’hésite pas à contrer le geai des chênes qui chercherait à se saisir des oeufs. Il pousse le courage jusqu’à essayer de faire fuir une hermine !

Il pèse un peu moins de 9 grammes et peut manger jusqu’à environ 3 grammes d’insectes par jour.

Laisser un Commentaire

La coupe punk de la mésange huppée

photographie ornithologique: mésange huppée dans un conifère photographiée le 8 octobre 2020 sur le sentier des Marmottes entre les Crêts du midi et Sigeroulaz dans le canton du Valais en Suisse
mésange huppée (Lophophanes cristatus)

Cette mésange huppée semble pas peu fière de sa crête d’Iroquois, C’est vrai qu’elle a de l’allure. Seul passereau en Europe avec une huppe.

Le mâle utilise sa huppe à la période des amours, il la redresse et chante en inclinant sa tête.

Je descendais le sentier des Marmottes depuis le Crêt du Midi quand elle s’est posée juste devant moi, avec de plus une lumière idéale. Petit moment magique comme sait si bien nous offrir la nature.

La mésange huppée vit principalement dans les conifères.

Laisser un Commentaire

Le chamois qui préférait manger des arbustes

photo animalière: chamois en train de manger un arbuste photographié le 9 octobre à Vercorin dans le canton du Valais Suisse
chamois (rupicapra rupicapra)

Ce chamois semblait avoir une prédilection pour les arbustes. Je l’ai d’abord vu se mettre sur ces deux pattes pour atteindre le feuillage d’un arbre.

Ces congénères quand à eux préféraient les graminées environnants. Les chamois mangent également des fleurs telles que la gentiane ou parfois des baies.

La couleur de leur pelage varie selon les saisons.

Lors de la saison du rut, les mâles peuvent se courser sur plusieurs kilo-mètres !

Laisser un Commentaire