Passer au contenu

Catégories

Étiquette : oiseau migrateur

Garde-boeufs en tournée d’inspection

Bien qu’il pleuvait ce jour-là (comme presque tous les autres jours de ce printemps), ces deux garde-boeufs faisaient leur tournée d’inspection.

Ils rendaient visite aux vaches, si l’une d’elle avait une tique ou une mouche, ils l’enlevaient.

L’individu de gauche, avec la couloir chamois sur la tête, est en plumage nuptial.

Un troisième « collègue » avait été vu quelques heures auparavant. Mais n’était pas plus présent à mon arrivée.

Ils ont été observés le 14 mai à Collex, puis à Meyrin.

Laisser un Commentaire

Le guêpier d’Europe, la Rolls-Royce des oiseaux

photographie ornithologique - guêpier d'Europe (Merops apiaster) photographié le 4 juin 2023 dans la campagne genevoise en Suisse
guêpier d’Europe (Merops apiaster)

Le guêpier d’Europe (Merops apiaster) est un des oiseaux fétiches des photographes animaliers. Son plumage multicolore, bleu-vert turquoise, brun-roux et jaune le rend particulièrement attractif.

Ces oiseaux d’origine africaine arrivent dans le canton de Genève vers mi-avril et repartent vers fin septembre

On trouve des guêpiers d’Europe principalement dans le Sud de la France, l’Espagne et l’Italie. Cependant, il y en a également un peu en Allemagne, en Grand-Bretagne et même en Scandinavie.

Lorsqu’ils retournent en Afrique, les mâles restent avec leu clan, contrairement au femelles qui désirent vérifier si le pré du voisin est plus beau.

Ce qui fait qu’une femelle revenant de Suisse peut, par exemple, s’acoquiner avec un mâle revenant d’Italie.

6 Commentaires

Les milans noirs apprécient beaucoup le canton de Genève

photo ornithologique: milan noir (Milvus migrans) dans la campagne genevoise, en Suisse photographié le 28 mars 2023
milan noir (milvus migrans)

Selon un ornithologue genevois, notre canton a une des plus fortes densité de milans noirs (milvus migrans) d’Europe.

Ils arrivent dans notre région début mars, même parfois dès mi-février. Ils repartent entre mi-juillet et fin septembre.

Leurs sifflements aigus font partie intégrante du fond sonore estival.

Ils cohabitent facilement avec les humains et ils savent en tirer profit.

Les agriculteurs ont la côte chez les milans noirs ! Lorsqu’ils labourent, il y a tout un fan’s club qui les accompagne.

Les milans noirs saisissent cette opportunité pour se nourrir de vers de terre et les plus chanceux de rongeurs. Dans ce cas, ils se retirent afin de manger loin des envieux.

Lorsque j’ai photographié ce milan, ils étaient une cinquantaine. C’était fantastique d’observer leur ballet incessant entre ciel et terres, ponctués de piqués spectaculaires.

Laisser un Commentaire

Les beaux yeux cerclés de jaune du petit gravelot

photo ornithologique: Petit Gravelot (Charadrius dubius) photographié le 26 mars 2023à la Nouvelle Plage des Eaux-Vives dans le canton de Genève en Suisse lors de la migration
Petit Gravelot (Charadrius dubius)

Ces magnifiques yeux cerclés de jaune sont ce qui différencie le petit gravelot (Charadrius dubius) de son cousin le grand gravelot (Charadrius hiaticula). Le cercle orbitaire n’est jaune vif que lorsqu’il aborde son plumage nuptial.

Le petit gravelot, comme son nom l’indique est moins grand et plus léger (30 à 50 grammes contre 55 à 75 grammes).

Une autre différence très subtile est la couleur de ses pattes qui ne sont pas orangées, mais de couleur brun clair.

Le petit gravelot utilise parfois une méthode de chasse particulière, il tape de la patte sur le sable afin de faire bouger ses proies. Il est insectivore.

2 Commentaires

Un bruant des roseaux mâle en plumage prénuptial

Photo ornithologique: bruant des roseaux mâle (Emberiza schoeniclus) photographié le 19 février 2023 au Lac des Vernes à Meyrin dans le canton de Genève en Suisse.
bruant des roseaux mâle (Emberiza schoeniclus)

Avant d’écrire cet article, je pensais que les bruants des roseaux mâles avaient systématiquement la tête et la gorge noire.

Ce qui fait que j’avais l’impression qu’il y avait beaucoup plus de femelles bruants que de mâles.

Le 1er hiver, mâles et femelles se ressemblent beaucoup, Leur tête est rayée brun et chamois.

Celui-ci a presque terminé sa mue et bientôt il arborera son plumage nuptial avec sa tête entièrement noire, sa bavette noire, son collier blanc et sa belle paire de moustaches blanches. Il aura fière allure.

Laisser un Commentaire

Le bécasseau Sanderling, un voyageur au long cours

Photo ornithologique: bécasseau Sanderling (Calidris alba) photographié le8 septembre 2022 sur les berges du lac Léman dans le canton de Genève en Suisse
Sanderling (Calidris alba)

Les bécasseaux Sanderling (calidris alba) viennent de pays situés tout au nord et migrent très au Sud, parfois jusqu’en Amérique du Sud. Leur migration peut être de plus de 5000 km ! Certains viennent de Sibérie et et terminent leur migration en Arabie Saoudite.

Performance impressionnante pour un oiseau qui ne dépasse pas les 85 grammes.

À Genève, sur les rives du lac Léman, il y avait deux bécasseaux Sanderling début septembre. Le premier semble être arrivé quelques jours avant l’autre.

La présence humaine les laissait de marbre. Vers les midis, j’ai vu l’un d’eux marcher à moins deux mètres d’une personne debout. Le bécasseau a juste fait un petit détour afin d’éviter les pieds et a un peu accéléré le pas.

Ensuite, à moins de 5 mètres des gens, il s’est installé pour une sieste.

Certains expliquent ce genre de comportement par le fait qu’ils viennent de contrées inhabitées et, ne connaissant pas l’homme, ils n’en ont pas peur.

D’autres pensent qu’ils sont tellement fatigués de leur long périple qu’ils ne font plus attention.

Et vous quelle version vous semble correcte ?

3 Commentaires

Un grand gravelot juvénile sous la pluie

photo ornithologique: grand gravelot juvénile ( Charadrius hiaticula) photographié le 3 septembre 2022 sur les rive du lac Léman à Genève en Suisse
grand gravelot juvénile (Charadrius hiaticula)

Saisir ce grand gravelot juvénile (Charadrius hiaticula) n’a pas été une mince affaire.

J’ai longé, sous une pluie battante, avec en arrière fond, le tonnerre qui grondait, une grande partie des berges.

Finalement, je l’ai trouvé sur la place avec un bécasseau variable.

De temps en temps, ils se nourrissaient chacun de leur côté et parfois, ils étaient très proches l’un de l’autre. Selon moi, ils migrent ensemble.

Au bout d’une heure, le bécasseau variable s’est envolé et le grand gravelot s’est couché. Il semblait vouloir faire une sieste, ses yeux se fermaient, puis ils les rouvraient pour surveiller les alentours.

2 Commentaires

Un bécasseau variable voyage avec un grand gravelot

photo ornithologique: bécasseau variable (calidris alpina)photographié le 3 septembre 2022 sur les rive du lac Léman à Genève en Suisse
bécasseau variable (calidris alpina)

Cela fait la troisième année consécutive que j’aperçois ensemble un bécasseau variable (calidris alpina) et un grand gravelot ( Charadrius hiaticula).

J’imaginais qu’ils étaient amis et voyageaient régulièrement ensemble…..Jusqu’à ce que j’apprenne par un ornithologue qu’en fait le grand gravelot qui l’accompagne est un juvénile.

Par conséquent, ce ne peut être les deux mêmes oiseaux de l’année passée.

J’aime penser que ce sont les enfants de ceux des années précédentes.

Cette année, ils sont arrivés bien tôt à Genève. En 2021, c’était fin septembre et en 2020, je les ai vus début octobre,

Laisser un Commentaire

Le bécasseau de Temminck, un oiseau qui n’a pas froid aux yeux

Photo ornithologique: bécasseau de Temminck (Calidris temminckii) photographié le 27 août 2022 sur les berges du lac Léman dans le canton de Genève en Suisse
bécasseau de Temminck (Calidris temminckii)

Bien que tout petit, 15 cm au maximum et un poids plume variant de 17 à 32 grammes, le bécasseau de Temminck ( (Calidris temminckii) est fort téméraire.

Tout prêt de lui, il y avait un jet ski très bruyant et qui occasionnait de fortes vagues, cela l’a laissé de glace. Même en ayant été éclaboussé, Il a continué sans relâche sa quête de nourriture.

On peut voir sur la photo une petite goutte qui perle sur s0n plumage.

C’est très rare d’avoir la chance de l’observer. La première fois qu’il a été vu dans le canton de Genève, c’était en 1988 ! Il a fallu attendre 2020 pour avoir l’occasion d’en observer à nouveau un. C’est seulement la troisième année qu’un bécasseau de Temminck est signalé dans la région. Sur ce lien, vous trouverez quelques photos supplémentaires de son escale à Genève.

Est-ce le même qu’en 2020 ? Certains oiseaux reviennent régulièrement sur les mêmes sites.

Peut-être, tout comme l’harle piette qui a pris ses habitudes dans le canton, aurons-nous la chance de revoir le bécasseau de Temminck l’année prochaine sur ce site.

2 Commentaires

La pie-grièche écorcheur, un bel oiseau aux moeurs barbares

photo ornithologique: pie-grièche écorcheur mâle (Lanius collurio) photographiée l'été 2022 dans la campagne genevoise, Suisse
pie-grièche écorcheur mâle (Lanius collurio)

La pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) est un bel oiseau. Tant le mâle avec son masque oculaire noir que la femelle avec son dessous blanc crème avec des dessins en forme d’écailles.

Ce couple glamour a des moeurs barbares. Ils n’hésitent pas à empaler sur des pics naturels, telles que des épines. mais également sur des fils barbelés leurs plus grandes proies, Cela peut être une libellule, mais également une musaraignes, un petit lézard ou une grenouille.

Même les petits passereaux peuvent faire partie de leur régime alimentaire !

Leur garde-manger se nomme un lardoir.

La pie-grièche écorcheur vient en Suisse de mai à septembre, puis elle retourne en Afrique tropicale durant la saison froide.

2 Commentaires