Passer au contenu

Catégories

Étiquette : Suisse

La pie-grièche écorcheur, un bel oiseau aux moeurs barbares

photo ornithologique: pie-grièche écorcheur mâle (Lanius collurio) photographiée l'été 2022 dans la campagne genevoise, Suisse
pie-grièche écorcheur mâle (Lanius collurio)

La pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) est un bel oiseau. Tant le mâle avec son masque oculaire noir que la femelle avec son dessous blanc crème avec des dessins en forme d’écailles.

Ce couple glamour a des moeurs barbares. Ils n’hésitent pas à empaler sur des pics naturels, telles que des épines. mais également sur des fils barbelés leurs plus grandes proies, Cela peut être une libellule, mais également une musaraignes, un petit lézard ou une grenouille.

Même les petits passereaux peuvent faire partie de leur régime alimentaire !

Leur garde-manger se nomme un lardoir.

La pie-grièche écorcheur vient en Suisse de mai à septembre, puis elle retourne en Afrique tropicale durant la saison froide.

Laisser un Commentaire

Jeune renard à l’affût à l’orée du jour

photographie animalière: jeune renard à l'affût à l'orée du jour photographié le 24 juillet dans le canton de Genève, en Suisse
jeune renard

La première fois que j’ai vu ce jeune renard roux, je n’avais pas pris mon appareil photo.

Quelques jours plus tard, je suis allée au même endroit, même heure et il était au rendez-vous !

Il ne reste pas très longtemps, juste quelques minutes, puis, il n’est plus visible.

Une autre fois, je suis arrivée trente minutes plus tôt et lui aussi.

Je l’ai observé muloter. Cependant, il semble encore manquer d’expérience. Son saut manque un peu d’hauteur et de fulgurance.

Laisser un Commentaire

Marmotton tout choupinet

photographie animalière: marmotton en train de manger une graminée photographié entre le 8 juillet 2022 à Tignoussa près de Saint-Luc dans le canton du Valais en Suisse
marmotton

Peu de temps après mon arrivée dans le Valais, j’ai eu la chance de rencontrer une famille de marmotte.

D’après ce que j’ai pu observer, il y avait trois générations sous le même toit.

Une marmotte un peu grisonnante, une adulte dans la force de l’âge et trois marmottons. L’un des marmottons avait un pelage plus foncé que les autres. Je l’ai surnommé Barbouille. Et j’ai nommé ses frères et soeurs Fleur et Serpolet.

C’était un pur plaisir de les voir folâtrer autour du terrier. . Barbouille était d’un tempérament plutôt téméraire et indépendant, Fleur et Serpolet étaient souvent ensemble. Il leur arrivait de se chamailler. Les adultes n’intervenaient pas. Ils veillaient sur les alentours.

J’ai réussi à les approcher sans qu’elles émettent leur sifflement strident.

Les marmottons naissent entre fin mai et début juin. À leur naissance, ils pèsent à peine 30 grammes et ne mesurent que 3 centimètres. Ils ont encore les yeux fermés. Ce n’est qu’un à deux mois plus tard qu’ils sortent le bout de leur nez du terrier.

PS: selon vous qui est sur la photo ? Barbouille, Fleur ou Serpolet ?

Laisser un Commentaire

Beau mâle, rousserolle turdoïde cherche âme soeur

photographie ornithologique: rousserolle turdoide en train de chanter photographiée le 26 mai 2022 au Lac des Vernes, près de Meyrin, dans le canton de Genève, en Suisse
rousserolle turdoide

Ce beau mâle, rousserolle turdoïde (Acrocephalus arundinaceus) ne ménageait pas sa peine pour trouver son âme soeur.

Bien installé sur la tige d’un phragmite, durant de longue minutes, il chantait de sa voix rocailleuse et « craquante ». De temps en temps, il se déplaçait un peu et recommençait, bien qu’aucune femelle ne semblait être dans les parages.

Près de lui, il n’y avait que des rousserolles « petit format ». C’est-à-dire des rousserolles effarvattes ( Acrocephalus scirpaceus) qui pèsent la moitié et sont un tiers plus petite que la turdoïde.

Espérant qu’enfin une femelle va arriver. Cela fait maintenant une dizaine de jour qu’il est dans ce lieu et que seule sa présence est signalée.

Laisser un Commentaire

Fête de la nature 2022

photographie animalière: lièvre d'Europe (Lepus europaeus) photographié à Onnens, canton de Vaud,en Suisse lors de la Fête de la Nature en mai 2022
lièvre d’Europe

Chaque année, je me réjouis de participer à la Fête de la Nature.

Cette année, j’ai enfin pu m’inscrire à l’animation très prisée du GOBE:

À la rencontre des faucons crécerelles et Effraie des Clochers. Nous sommes allés baguer les faucons crécerelles dans la région de Baulmes. Les effraies des clochers couvaient encore et n’avons donc pas pu en voir.

Le dimanche, j’ai fait une sortie organisée par la fondation de la Coudre :

Un air du Sud dans le Nord Vaudois est une promenade dans la chênaie près de la Coudre et dans la prairie sèche de la Chassagne d’Onnens. La Chassagne est un milieu très riche en biodiversité. On peut y observer entre autres pie-grièche écorcheur, bruant jaune, linotte mélodieuse et avec un peu de chance le torcol. Il y a de belles prairie fleuries avec quelques orchidées sauvages et beaucoup de papillons. Le lieu est également réputé pour les serpents.

Le matin tôt, j’ai croisé ce beau lièvre d’Europe (Lepus europaeus) qui est venue à ma rencontre, il s’est arrêté un petit moment pour humer une brindille, s’est encore un peu approché, puis est reparti,

Laisser un Commentaire

Les hérons garde-boeufs forment-ils des couples modernes ?

photographe ornithologique: héron garde-boeufs photographié le samedi 14 mai 2022 près de la retenue du barrage de Verbois, canton de Genève, Suisse
héron garde-boeufs (bubulcus ibis)

Les hérons garde-boeufs (bubulcus ibis) forment à la fois un couple moderne et traditionnel.

Lors de la construction du nid, les rôles sont sur un registre plutôt traditionnel, le mâle apporte les roseaux et les petites branches, la femelle se charge de les disposer.

Par contre, lors de l’incubation qui dure entre 22 à 26 jours, mâle et femelle couvent alternativement.

Tout comme le coucou, le héron garde-boeufs peut faire preuve de parasitisme. Cependant à un niveau bien plus faible, car l’éclosion des oeufs couvés par une autre espèce est rarement au rendez-vous.

Il lui arrive de déposer ses oeufs dans un nid d’aigrette bleue ou d’aigrette des neiges.…ou simplement chez une voisine garde-boeufs !

Laisser un Commentaire

Un lézard vert presque fluorescent

lézard vert (Lacerta bilineata bilineata) photographié le 8 mai 2022 à la réserve naturelle de Laconnex, dans le canton de Genève, en Suisse
lézard vert mâle (Lacerta bilineata bilineata)

La gorge du lézard vert (Lacerta bilineata bilineata) mâle se pare, à la saison des amours, d’un beau bleu, variant du bleu turquoise au bleu électrique.

Comme le lézard des murailles, les lézards verts, durant cette période, se bagarrent et se poursuivent bruyamment. Le vainqueur pourchasse le perdant sur plusieurs dizaines de mètres. Ensuite, il aborde la femelle, en commençant par la mordre à la base de la queue, puis le flanc. Il la maintient avec ses pattes postérieures.

Selon l’environnement où a eu lieu la ponte et selon la météo, l’incubation des oeufs varient entre 50 à 100 jours.

Les jeunes. à la naissance, mesurent entre 3,5 à 4 cm. Les adultes varient entre 25 et 32 cm. certains, exceptionnellement, peuvent atteindre 42 cm !

Les meilleurs endroits pour observer les lézards verts dans le canton de Genève sont la réserve naturelle de Laconnex, la réserve naturelle du Moulin-de-Vert et le long de l’Allondon.

Laisser un Commentaire

Un lézard des muraille fier de son beau torse orange

photographie animalière: lézard des murailles photographié le 8 mai à la réserve naturelle de Laconnex, dans le canton de Genève, en Suisse
lézard des murailles ((Podarcis muralis)

Ce lézard des murailles (Podarcis muralis) ne semble pas peu fier de son beau torse orange.

Les lézards, tout comme les serpents, sont des animaux à sang froid.

Le lézard des murailles a une préférence pour une température corporelle avoisinant les 33 degrés. À une température inférieure, il ira « lézarder » au soleil. Cependant, lors de fortes chaleur dépassant les 33 degrés au sol, il cherchera un emplacement plus frais.

Quelques semaines après l’hivernage, vers fin avril – début mai, commence la période des accouplements. Des courses folles ont lieux entre mâles rivaux, ainsi que de violentes querelles.

Les lézards des murailles sont considérés comme adultes à l’âge de 2 ans environ. Ils ont une espérance de vie entre 4 à 6 ans. Certains peuvent vivre jusqu’à 10 ans.

Laisser un Commentaire

Le pouillot siffleur, un monogame, pas très monogame !

photo ornithologique : pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix) photographié le 4 mai 2022 dans le bois de Pfyn-Finges, canton du Valais, Suisse
pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix)

Le pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix) est classé dans les oiseaux monogames. En fait, il est monogame seulement une saison ou parfois même seulement le temps d’une couvaison,

Environ 3o% à 60% des mâles, après l’incubation, n’hésite pas à quitter leur première compagne pour aller séduire une autre partenaire dans un territoire plus petit.

J’ai croisé celui-ci dans les bois du parc naturel de Pfyn-Finges, première vue, il était seul. Peut-être cherchait-il à convoler.

Pendant, plus de 20 minutes, j’ai pu l’admirer faire son spectacle. Il se mettait sur une branche, chantait de tout son être, si bien qu’à la strophe finale tout son corps était parcouru d’un mouvement. Puis, il partait un peu plus loin et recommençait son concerto.

Laisser un Commentaire

Face à face avec un jeune renard

photographie animalière: portrait d'un jeune renard roux (vulpes vulpes) au milieu des fleurs photographiée le 2 mai à Russin, dans le canton de Genève, Suisse
jeune renard roux (vulpes vulpes)

Ce matin, j’ai entraperçu une tache sombre se déplacer dans les hautes herbes. C’était un renard roux. Son dos dépassait à peine.

J’étais à la lisière du champ, il y avait des arbustes à ma gauche. Je me suis baissée pour mieux l’observer sans le déranger.

Il était relativement loin, je l’ai vu tenter de muloter. Le bond n’était pas encore assez haut, ni assez précis.

Il se dirigeait du côté des bois, quand il a dévié son chemin…. et il est venu dans ma direction.

Une émotion intense m’a saisie. La joie de le voir se rapprocher mêlée avec la crainte qu’il m’aperçoive et s’enfuit. Il est venu à une vingtaine de mètre de moi. Après qu’il m’ait vu, il a simplement repris son chemin initial et a disparu dans les fourrés. Il n’a pas manifesté de peur.

Ce sont des moments qui restent gravés longtemps. en soi.

Son pelage est mouillé dû à la rosée du matin.

Laisser un Commentaire