Passer au contenu

Catégories

Étiquette : Suisse

Cinq minutes avec un jeune chevreuil

photograhie animalière: jeune chevreuil photographié le 23 février 2021 dans la campagne genevoise, Suisse
jeune chevreuil (capreolus capreolus)

C’est rare et difficile de passer cinq minutes avec un chevreuil (capreolus capreolus) lorsqu’il nous a aperçu !

J’ai eu la chance de voir ce jeune chevreuil juste à un contour de chemin. J’ai juste eu le temps de m’arrêter et de cesser de faire du bruit.

Il y avait des branchages qui me cachaient un tout petit peu….et qui m’empêchaient de le photographier.

Un petit jeu de 1 2 3 soleil a commencé entre lui et moi.

Il regardait intensément dans ma direction. Il me fallait faire un petit pas de côté afin qu’il soit dans mon angle de vue sans feuillage.

De temps en temps, il baissait la tête comme pour manger, puis, hop, il la relevait précipitamment.

À certain moment, il a même mis « la marche arrière » !

J’ai finalement pu m’allonger pour l’observer tranquillement, puis d’un pas calme, il est retourné dans les bois.

Laisser un Commentaire

Le grimpereau des jardins, le roi du camouflage

photographie ornithologique: grimpereau des jardins photographié le 14 février 2021 au jardin botanique de Genève
grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla)

C’est assez rare de voir un grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla) sur un platane. Habituellement, ils privilégient des arbres avec des écorces épaisses et foncés où ils se fondent parfaitement dans le décor.

Ils recherchent araignées et petits insectes sous les écorces à l’aide de leur long bec incurvé.

Ils grimpent aux arbres à toute vitesse, seulement de bas en haut, contrairement à la sitelle torchepot qui, elle, peut également descendre.

Il mesure une douzaine de centimètre et il a un poids plume de 8 à 12 grammes. Il peut vivre environ 5 ans.

Laisser un Commentaire

Une chouette hulotte pas pressée de se coucher

photo ornithologique: chouette hulotte dans un platane photographiée le 14 février dans le canton de Genève, rive droite
chouette hulotte (strix aluco)

Cette chouette hulotte (strix aluco) profitait des rayons de soleils encore à 9h00 du matin !

La veille, au contraire, le temps étant maussade, elle avait préféré se coucher de bonne heure.

Chez la chouette hulotte, contrairement à beaucoup d’espèces, c’est la femelle qui est la plus grande (environ 5%) et elle est nettement plus lourde que le mâle (25% !).

Le poids de la chouette hulotte varie entre 330 et 590 grammes. Elle mesure un peu moins de 40 cm.

Contrairement aux hiboux moyen-ducs, elle ne possède pas d’aigrette.

La chouette hulotte a une longue espérance de vie. Elle peut atteindre 22 ans !

Le vol des chouettes et des hiboux sont silencieux.

Laisser un Commentaire

Un cygne noir sur le Rhône

phtoto ornithologique: cygne noir (cygnus atratus) voguant sur le Rhône dans le canton de Genève
cygne noir (cygnus attratus)

Ce magnifique cygne noir (cygnus attratus) est arrivé à Genève au mois de janvier 2018. D’abord il a fréquenté l’Ile Rousseau où on peut voir assez souvent des espèces rares isolées. Le fuligule à bec cerclé y a séjourné un moment, ainsi que le harle huppé.

Puis en novembre 2018, il s’est retiré près du barrage de Verbois et depuis on peut l’observer de temps en temps près de là.

Les cygnes noirs sont d’origine australienne. En Europe, ils ont été introduits dans des parcs. Celui-ci est un fugitif qui semble s’être bien adapté à sa vie sauvage.

Laisser un Commentaire

Le roitelet à triple bandeau

photographie ornithologique: roitelet à triple bandeau photographié le 10 janvier dans les bois de Versoix, étang des Douves, canton de Gnève, Suisse
roitelet à triple bandeau (regulus ignicapilla)

Nous nous promenions dans les bois de Versoix, lorsque nos regards ont été attirés par un vol étrange. Un vol stationnaire avec un battement des ailes extrêmement rapide, un peu comme celui d’un colibri.

Lorsque l’oiseau s’est posé, nous avons pu identifier qu’il s’agissait d’un roitelet à triple bandeau (regulus ignicapilla).

Avec son cousin, le roitelet huppé, c’est le plus petit de nos oiseaux. Il mesure à peine 10 cm et son poids n’est que de 5 à 7 grammes.

Il est insectivore et doit consommer l’équivalent de son propre poids chaque jour.

En général, les oiseaux de si petite envergure vivent dans des pays plus tempérés.

2 Commentaires

Une fauvette à tête noire perplexe

photo ornithologique: fauvette à tête noire femetlle perplexe devant des fleux le 30 décembre 2020 au jardin botanique de Genève, Suisse
fauvette à tête noire femelle (sylvia atricapilla)

Cette fauvette à tête noire femelle (sylvia atricapilla) semble perplexe, voire offusquée devant ces fleurs. Nous sommes tout de même le 30 décembre !

Je l’ai photographiée au Jardin botanique de Genève, tout près de l’arbre à kakis. Elle n’est pas la seule à se régaler de ces fruits. Mésanges bleues, mésanges à longues queues, moineaux, étourneaux sansonnets et même le pic mar y font bombance.

L’année passée dès la fin novembre, ils s’y pressaient en nombre. Cette année, il a fallu attendre presque fin décembre afin que les kakis soient mûrs et juteux.,

La fauvette à tête noire tient son nom du mâle qui a une calotte noire et non rousse comme la femelle.

Laisser un Commentaire

Un oiseau jaune citron !

Photp ornithologique: tarin des aulnes, oiseau jaune avec une calotte noire, perché sur un aulne le long de l'Aire à Perly-Certoux, canton de Genève, Suisse
tarin des aulnes mâle (spinus spinus)

J’étais, avec une amie, en train de photographier des mésanges à longues queues quand son regard a été attiré par une tâche jaune.

Quelle belle surprise de découvrir cet oiseau jaune citron ! En fait, il s’agit d’un tarin des aulnes mâle. La femelle a une couleur moins vive, son ventre est blanc avec des rayures sur la poitrine et les flancs.

Mise à part sa calotte noire, les mâles adultes arborent une bavette noire. Plus cette dernière est conséquente, plus l’individu est haut placé dans la hiérarchie.sociale.

Son repas préféré est le strobile de l’aulne (les minis pives que vous voyez sur la photo). Pour les manger, le tarin des aulnes est prêt à toutes les acrobaties. Dans ces cas, il est tellement concentré qu’il ne prête plus attention à la présence humaine !

Laisser un Commentaire

La mèche rebelle du fuligule morillon

photographie ornithologique: fuligule morillon surle lac Léman photographié le 6 décembre 2020 au port de Choiseul près de Versoix, canton de Genève, Suisse
fuligule morillon mâle

Les fuligules morillons sont de retour ! C’est un vrai plaisir de les voir sur nos rives. Les premiers arrivent déjà vers octobre. Le gros de la troupe arrive en novembre et décembre.

Leurs caractéristiques que j’affectionne particulièrement sont leurs yeux jaunes et leur fine huppe tombante qui leur donne un petit air rebelle.. Celle de mon modèle est petite. Peut-être l’a-t-il gominée pour se donner un air sage.

La femelle est complètement brune.

Le fuligule morillon est un canard plongeur. Et pas des moindres. En effet, il peut atteindre plusieurs mètres de profondeur, puis il remonte à la surface tel un bouchon.

Laisser un Commentaire

Bruant des roseaux femelle

photographie ornithologique: bruant des roseaux femelle photographié le 5 décembre 2020 au lac des Vernes, Meyrin, canton de Genève, Suisse
bruant des roseaux femelle (emberiza schoeniclus)

Les roselières sont des milieux très intéressants où l’on trouve une grande variété d’oiseaux.

J’ai photographié ce bruant des roseaux femelle (emberiza scheoniclus) au lac des Vernes à Meyrin dans le canton de Genève.

Je recommande vivement cet endroit, Il y a une grande biodiversité. On peut y observer, selon la saison, quelques raretés comme le héron pourpré, des, bécassines des marais, des râles d’eau, des canards chipeaux et également des souchets.

Chez les bruants des roseaux, il y a un assez grand dismorphisme sexuel. Le mâle a l a tête chiné brun, gris et noir. À la saison des amours, sa tête devient noir intense et se pare d’une moustache blanche.

Laisser un Commentaire

Le plumage chatoyant du fuligule milouin

photo ornithologique: canard milouin mâle photographié le 13 décembre 2020 sur la Lac Léman, rive des Eaux-Vives, canton de Genève, Suisse
fuligule milouin mâle (aythya ferina)

Sous le soleil, le plumage nuptial du fuligule milouin mâle (aythya feringa) est chatoyant. À la saison des amours, il émet un cri de parade. Pour se faire, il prend une grande inspiration, puis émet un long sifflement donnant l’impression qu’il se dégonfle telle une baudruche.

Les fuligules milouins prennent leurs quartiers d’hiver sur le lac Léman et en Europe par bande à proximité des fuligules morillons sans pourtant se mélanger.

C’est un canard qui se nourrit principalement de lentilles d’eau et de graines. Lorsqu’il plonge, il saisit des mollusques ou des larves. Il plonge également pour fuir le danger, car, pour lui, prendre son envol n’est guère aisé, il doit d’abord prendre son élan en courant à la surface de l’eau tout en battant vivement ses ailes à la manières des cygnes.

Laisser un Commentaire